| |

Manger est un acte citoyen : pourquoi et comment consommer mieux ? [+Concours]

Le livre d’Alain Ducasse Manger est un acte citoyen vient de paraître aux éditions Les Liens qui libèrent. J’ai eu la chance de le lire dès sa sortie.

Alain Ducasse Livre | Cahier de gourmandises

Alain Ducasse propose de placer la gastronomie au cœur d’un combat politique qui nous concerne tous. Ce nouveau livre est un cri d’alarme qui s’adresse à tous les citoyens. Le chef étoilé présente à travers de nombreux exemples que nous n’avons plus conscience de ce que manger veut dire pour notre santé et pour celle de la planète. Nous ne mesurons pas les impacts destructeurs économiques, sociaux et culturels de ce que nous mangeons.

Voici l’introduction du livre, une introduction qui m’a parlé et qui a évoqué une relation à la nourriture que j’ai de plus en plus envie de changer, pour plus de respect pour la nature et la planète, pour plus de simplicité et de convivialité à table, pour apporter mon humble contribution à préserver la vie sur terre pour les générations futures. Il en parle beaucoup mieux que moi, je vous laisse découvrir ça ! Et si cela vous intéresse, je vous propose de gagner un exemplaire en fin d’article !

Manger est un acte citoyen. Pourquoi ? Parce qu’en choisissant de manger tel produit ou tel autre, de telle ou telle façon, nous avons le pouvoir et le choix de détruire notre santé et celle de la planète. L’acte de manger implique donc la responsabilité de tous et de chacun, à travers une grande chaîne qui va de la terre à l’assiette. Nous ne sommes pas le centre du monde. Les autres espèces vivantes – animales et végétales – sont tout aussi respectables que nous. Continuer à les détruire comme nous le faisons, c’est nous condamner, bien plus tôt que nous le croyons, à une mort certaine.

La lecture de ce livre m’interpelle et me touche. Nous ne pouvons pas nous arrêter de manger, sous peine de mourir. Nous sommes donc obligés de nous restaurer, mais cela ne veut pas dire que nous devons céder à la facilité de manger ce que la publicité ultra marketées des multinationales nous incite à acheter.

La définition de la naturalité selon Alain Baraton, jardinier en chef du Trianon et du Grand Parc de Versailles depuis plus de trente ans :  «Pour moi, c’est avant tout cultiver un produit propre, sain et goûteux, sans pollution ni chimie, sans dépense d’énergie inutile et sans impact négatif sur la nature.»

Scandales alimentaires. Diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires dus à la « malbouffe ». Impact catastrophique des méthodes d’élevage, de culture et de fabrication industrielle sur notre santé et notre environnement. Alain Ducasse nous rappelle que nous sommes acteurs de ce que nous mangeons , dans le sens où nous choisissons ce que nous achetons. Nous pouvons donc choisir de mieux consommer. Alain Ducasse plaide avec lucidité pour « la démocratisation de la bonne cuisine » , revendique le droit de manger moins et mieux, de lutter contre la standardisation des goûts, et achève son témoignage par un manifeste pour une gastronomie citoyenne.

Contrairement aux idées reçues ou aux caricatures simplistes, la qualité est aussi accessible aux catégories sociales modestes et aux petits restaurants. C’est une question de choix et de responsabilité individuelle. La seule condition préalable est de refuser de se laisser asservir et instrumentaliser. Deux impératifs qui sont à la portée du plus grand nombre : chercher à savoir ce qu’il y a derrière que l’on nous propose à manger et décider de reprendre le pouvoir sur nous-mêmes.
Acheter de la nourriture peu chère sans se poser de questions, c’est faire preuve d’une totale irresponsabilité en ce qui concerne sa santé, celle de ses enfants et celle de la planète. C’est accepter de se laisser endormir et euthanasier, lentement mais sûrement. À quel prix les prix peuvent-ils être aussi bas ? Que nous vend-on exactement derrière l’apparence marketée? Quand on cherche vraiment à savoir ce qu’il y a derrière un prix, on s’aperçoit très vite que le prix réel de la non-qualité est toujours plus élevé que le prix de la qualité. […]
Il faut le redire : la qualité n’est pas une question d’argent. C’est beaucoup plus une affaire de prise de conscience et de changement de comportement. Chacun de nous peut décider d’essayer de comprendre et de modifier quelques-unes de ses habitudes. Par exemple, choisir de faire ses courses autrement, en privilégiant la curiosité et le plaisir, en échangeant avec les commerçants de son quartier, en explorant les marchés et en s’informant sur l’origine des produits. Le bénéfice est énorme pour chacun, et pour tous.

J’adhère complètement à cette démarche. Pour autant, je trouve qu’il n’est pas facile de se lancer dans cette voie, et de trouver des alternatives de confiance face aux marques issue de l’agro-alimentaire industriel. C’est peut-être parce que je suis encore chamboulée par mes lectures, et que je n’y vois pas encore clair sur ce que je dois changer dans ma manière de m’alimenter. Quitte à changer, je veux être sûre que mes nouveaux choix seront des choix respectueux de la planète et de notre environnement.

Même si on a conscience que ce qu’on nous propose, notamment dans la grande distribution, n’est pas bon pour nous, difficile de savoir comment et à quel moment on arrive vraiment à bien consommer. Comment s’assurer que la promesse d’une marque n’est pas qu’une chimère mais bien une réalité ? Par exemple, le Bio c’est bien, c’est même mieux que la nourriture industrielle. Mais ce label n’est pas parfait non plus : l’utilisation de certains pesticides naturels certes, mais parfois nocifs, y est par exemple toléré. Derrière l’appellation Bio se cache aussi plusieurs agricultures, à plusieurs vitesses, et un marché juteux qui est de plus en plus prisé des multinationales, qui risque de s’écarter du but premier de cette agriculture plus raisonnée. Le BIO low cost de la grande distribution est-il du « vrai » bio ? Je n’ai pas encore trouvé la réponse à cette question…

Tout cela me fait beaucoup réfléchir et je me demande surtout comment, en tant que consommateur, on peut enfin accorder sa confiance à un commerçant ou à une marque quand celle-ci annonce qu’elle est Bio ou écologiquement responsable. Je ne suis pas en capacité de me créer mon propre réseau de producteurs artisanaux pour me fournir « à la source ». Mais ma conscience est éveillée, et je crois que c’est déjà la première étape. Je veux faire plus attention à ce que je mange, être plus vigilante à mes achats. Cela va me permettre je l’espère d’en apprendre plus dans ce domaine pour affiner et conforter mes futurs choix. Et ceci dans l’optique de manger mieux et sain pour ma famille et la planète.

J’espère que cet article vous a intéressé. En tout cas moi j’ai pris plaisir à partager cette découverte avec vous, et je souhaite le faire plus souvent. Je vous conseille la lecture de ce livre car il est à mon avis une bonne entrée en matière sur le sujet. Je continue à me documenter et vous tiendrai au courant de mes avancées !!! Je suis intéressée pour avoir votre avis sur notre consommation raisonnée, des conseils de lecture ou des circuits d’achats alternatifs à utiliser. Merci d’avance pour vos remarques !!

Voici les références du livre : Alain Ducasse, Manger est un acte citoyen

Livre offert

Jouer pour gagner un exemplaire !

Mais ce n’est pas tout car je vous propose un concours pour gagner un exemplaire du livre. Si cet article vous a donné enfin d’aller plus loin dans la lecture, c’est le moment de jouer !

Pour jouer, c’est très simple :

  • M’indiquer en commentaire quelle idée vous avez pour mieux consommer
  • Vous pouvez me suivre sur Facebook
  • Vous pouvez partager cette page sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram,…)

Le concours se termine le 7 mai 2017 à minuit et est réservé à la France métropolitaine.

Je tirerai au sort le gagnant après cette date. A vos marques, prêts, partez !!

A lire également

8 Commentaires

  1. Coucou !
    Ce livre m’intéresse énormement! Après des soucis de santé, niveau TCA, j’ai vraiment envie de mieux manger, mieux consommer, surtout que consommer n’a pas seulement des impacts sur la santé, mais aussi des impacts économiques et sociaux autour de nous… 🙂
    Je participe bien volontiers! Pour moi le bio n’est pas une panacée alors je favorise vraiment les circuits courts, en allant au plus près des producteurs… J’ai vraiment hâte que ma cueillette habituelle ouvre pour aller chercher mes fruits et légumes ^^

    Merci beaucoup <3
    XOXO

  2. Waouh le cadeau au top! Merci de nous gâter! Je tente ma chance avec grand plaisir!
    Pour mieux consommer, j’essaie au maximum de consommer des produits locaux ou français, des fruits et des légumes de saison et de cuisiner maison, c’est plus sain.
    Je te suis déjà sur FB: https://www.facebook.com/profile.php?id=100010676237492
    Et voici mon lien de partage: https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=421693548196516&id=100010676237492
    Il ne me reste plus qu’à croiser les doigts bien fort! Excellente journée

  3. Bonjour,
    Merci pour ce chouette concours. Je tente ma chance avec plaisir.
    Pour mieux consommer, j’essaie d’acheter local, de saison et bio si c’est possible. En quantité raisonnable pour ne pas gaspiller, et sinon, j’improvise pour accommoder les restes.
    Je suis fan FB : Emmanuelle Fo
    Bon dimanche !

  4. Bonsoir,
    Je pense qu’il faut faire un potager lorsque l’on a la chance d’avoir un jardin, et aussi d’essayer d’acheter des produits locaux, et uniquement des produits de saison.
    Merci pour ce concours et bonne fin de soirée

  5. Bonsoir!
    C’est avec grand plaisir que je vais tenter ma chance!
    Depuis la naissance de ma fille de 3 ans j’ai pris conscience qu’il fallait mieux consommer !
    Ici on consomme local , je cuisine tous les jours , je fais très attention à ne pas gaspiller , je limite la consommation de sel et je lis attentivement la composition de chaque produit !
    je suis fan fb sous le nom : olivia philippe
    j’ai également relayé :
    https://twitter.com/olivia_philippe/status/859128469812326402
    et
    https://plus.google.com/u/0/115592998026990485853/posts/Ebh2Hg7hE8f
    merci et croisons les doigts!

  6. Bonjour,
    De plus en plus, je fais très attention à ce que nous mangeons à la maison. Je prépare le plus possible moi-même mes repas avec des produits locaux achetés sur le marché. Lorsque je fais mes courses au supermarché, je lis toutes les étiquettes (eh oui c’est systématique), j’achète le moins possible de produits transformés, j’évite les additifs et conservateurs quand cela est possible. Sinon, toutes les semaines je vais au supermarché Bio près de chez moi pour y acheter des fruits et légumes, ainsi que mes farines et céréales. Je n’achète quasiment plus de biscuits industriels, je les fais moi-même, c’est bien meilleur et je sais ce qu’il y a dedans. Et puis dans le jardin, nous avons des fruits et légumes (d’ailleurs cela me fait penser qu’il faut que je ramasse la rhubarbe !). Mis à part cela, j’aime beaucoup Mr Ducasse et je serais curieuse de lire son livre.
    Bonne journée.

    1. Merci pour tout le détail, j’apprécie beaucoup ta démarche et je voudrai faire comme toi 🙂 Pour les biscuits j’en achète encore mais que des BIO maintenant… la composition n’a rien à voir c’est dingue !
      Tu as la chance d’avoir un potager !! Moi ce n’est pas possible car je n’ai qu’un tout petit balcon. Heureusement j’ai le marché pas très loin le dimanche matin !
      Bonne fin de weekend. Résultat du concours demain après-midi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'option ci-dessous vous permet de recevoir les réponses à votre commentaire ou tous les commentaires suivants par email.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.